Entradas de ffernana

COMMENT SONT APPELÉ/ES LES UTILISATEURS/TRICES DE TWITTER?

La question m’a été posée en classe et à vrai dire je n’ai pas su y répondre. Comme c’est quelque chose qui peut intéresser tout ceux et celles qui parlons ou écrivons en français (ou du moins qui essayons), j’ai saisi sur le Net cet article du Parisien.

TWITTER NOUS POUSSE A LA FAUTE

Le désormais célèbre réseau social, très prisé en ce moment des candidats à la présidentielle, nous pousse à utiliser des mots inventés, et divisent sur l’orthographe de certains d’entre eux.

Par exemple, doit-on écrire « tweet » avec 2 e ou un 1 (« twit ») pour qualifier le message de 140 caractères ?

Le Robert 2012 a lui tranché faisant entrer dans ses pages « tweet » avec deux e, définit comme « un nom masculin tiré d’une onomatopée désignant, en anglais, le gazouillis des oiseaux. Il s’agit d’un court message d’information posté sur le Web par l’intermédiaire d’un service qui le transmet à des abonnés. »

Mais le réseau social contribue aussi à enrichir le vocabulaire de ses aficionados. Au moins une 20aine de nouveaux mots en découlent. On va voir si tu t’y connais un peu Christophe.

Comment appelle-t-on un utilisateur de Twitter ? : Un twitto ou un twitteur

Comment appelle-t-on une fille qui drague sur Twitter ? : Une twitasse

Comment est appelé quelqu’un qui twitte beaucoup ? : Un twitoyen

Comment appelle-t-on la communauté des utilisateurs de Twitter ? : La twittosphère.

Il existe aussi les “tweetaperos” ou “twaperos”, apéros organisés entre initiés de Twitter, les “twunchs” (brunchs), les “twinterviews”, le “tweetclash”…

A ce rythme de création, il faudra bientôt inventer un dictionnaire rien que pour le jargon Twitter.

SOURCE : LE PARISIEN / AUJOURD’HUI EN FRANCE

QUELLES SONT LOIN LES VACANCES!

Nous revoilà revenus! Que le temps passe vite! Je n’ose pas dire, comme prof que je suis, que mes deux mois de vacances  sont passés  ni vus ni connus, mais c’est comme ça.

Les examens de septembre viennent de se terminer avec leurs rires et pleurs, les inscriptions continuent, les élèves se bousculent pour avoir le meilleur horaire,…, un deux, trois, s’est reparti mon kiki.

J’ai hâte de reprendre les cours, de revoir ces élèves que j’avais eus dans ma classe les premières années et que je retrouverait en niveau supérieur mais surtout, surtout de voir les nouveaux et les nouvelles recrus. Voir ces yeux avides d’apprendre et surtout d’apprendre quelque chose de nouveau d’inconnu, car à part “baguette” et “tête de la course” (Tour de France télé) ils viennent vierges, si vous me permettez l’expression.

Il est vrai que,quelques années auparavant, plus de 70% des élèves qui s’incrivaient en première, avaient étudier le français quand ils étaient plus jeunes et la plupart d’entre eux voulaient rafraîchir cette langue qui était dans la partie-oubliettes de leur cerveau. Atuellement c’est l’inverse, pratiquemente 80% des nouveaux élèves n’ont pas eu de contact avec le français, tout du moins comme matière et ça c’est une bonne nouvelle, ils veulent apprendre quelque chose de nouveau, pour leur profession, pour le plaisir et, très important, les élèves sont de plus en plus jeunes.

Et voilà, j’espère continuer a trouver des petits moments pour écrire sur ce blog et, comme l’année dernière, raconter mes trucs, parler de l’actualité espagnole ou française, d’un peu de tout.

Rebienvenu(e)s!

Y’EN A MARRE DE LA CRISE!

Et oui “y’en marre! C’est tous les jours la même chanson, la prime de risque, la bourse, les allemands, les grecs,les PIGS,…

Avant, j’achetais et je lisais tous les jours le journal, le matin, ainsi que le soir, j’écoutais à la radio les émissions politiques et  je regardais celles de la télévison. Mais j’ai dit , BASTA! Pourquoi faire? Pour m’engoisser un peu plus? Pour regarder mes enfants et pleurer sur leur avenir? Il faut savoir ce qui se passe chez nous et ailleurs, mais le stricte  nécessaire car, tout du moins dans mon cas, je me sens impuissant et n’y comprends rien.

Personne ne sait résoudre les problèmes économique,s où est-ce qu’il y a des personnes, des lobbies, des pays à qui tout ceci profite?

Il y a quelques semaines on nous disait, qu’ en grande partie, tout dépendait de la décision grecque de rester ou non dans l’euro. Ça y est la Grèce a décidé et elle a décidé de rester. Et bien la bourse chute, les primes montent,… Alors maintenant tout dépend de qui ou de quoi? Du choix du lieu de vacances de Mme Merkel? De l’humeur de M.Obama? Du nombre de naissance en  Chine? Des nouveaux modèle de maillot de bain des brésiliennes? Du prochain film produit à Bollywood?

Allons Mesdames et Messieurs les politiens! Mettez-vous au travail, il y des familles qui souffrent, qui souffrent beaucoup. Arrêtez de nous torturer ou partez!

LE FOOT REVIENT!

Je ne sais pas si c’est une bonne nouvelle pour tous et toutes, mais le spectacle du foot revient dans les stades d’Europe, à la télé, la radio, dans la rue, au travail, au boulot,…

Ces types d’évènements sont les bienvenus, surtout en cette période de crise et de dépression humaine.

Pour masquer les crises on s’inventait des guerres et il ne faut pas  trop reculer dans notre calendrier (rappelez-vous du conflit argentino-britanique avec les îles Malouines). Si maintenant on a le sport pour faire ça, et bien je préfère.

Si ça nous permet d’oublier pendant 90 minutes  le taux du chômage, la bourse, les politiciens, et bien tant mieux. Évidemment il ne s’agit pas d’oublier pour toujours, mais pour un instant. Même si on n’aime pas le foot, en réalité on veut que ce soit notre pays qui gagne, que ce soit notre drapeau qui monte au plus haut. Droite et gauche sont d’accord, syndicats et gouvernement trinquent ensemble, ouvriers et patrons partage la même joie et la même déception. Rien que pour ça, ça vaut la peine!

Allez bonne chance à tous! Que le meilleur gagne! Allez les bleus!  ¡A por ellos oé!.

FIN D’ANNÉE SCOLAIRE EEOOII

Et voilà, c’est presque fini! Nous sommes aux portes du mois de juin, ça veut dire été, vacances,…, mais aussi examens. On se demande comme Géronte dans “Les Fourberies de Scapin” de Molière: ” Mais que diable allait-il faire dans cette galère ?” Ce ” il”, c’est moi, toi , lui, elle, en plus le mot “galère”, quelle coincidence! ,…, la galère,…, galérer.

Dans nos écoles de langues, la plupart des élèves sont adultes et leurs réflexions sont de tout type:

– Si je ne réussis pas, c’est pas grave, j’suis pas pressé(e), mais enfin, bon, si je passe, tant mieux.

– À mon, âge, faire des examens, c’est inhumain. Je crois que je ne vais pas me présenter… enfin j’verrai.

– J’ai beau étudier, je ne me souviens de rien.

– On a fait peu de rédactions. On a fait peu de compréhensions orales. On a fait peu de compréhensions écrites. On a très peu parlé.

– J’espère qu’à l’oral  je ne serai pas avec un tel ou une telle, parce qu’il, elle parle mieux que moi, alors,….

– J’espère qu’à l’oral  je ne serai pas avec un tel ou une telle, parce qu’il, elle ne parle pas du tout , alors,…

– Si je ne réussis pas, l’année  prochaine je ne m’inscris pas.

– Je sais que j’aurai quelque chose pour septembre. C’est pas grave, j’aurai plus de temps pour préparer mon écrit ou  j’irai faire un petit voyage en France pour améliorer mon oral. Arrivent les notes de juin”: Oh, merde, j’ai l’oral pour septembre! J’vais pas me présenter / J’vais redoubler/ j’abandonne.

Et il y en a bien d’autres.

Les profs se transforment en monstres qui adorent l’encre rouge et faire souffrir les élèves.

Allez merde à tous et à toutes!

ch’uis toujours là!

Ça f’sait belle lurette k’je nécrivais pas sur ce blog! Et bien me voilà revenu!

C’est lundi 30 avril, “Ne te découvre pas d’un fil”, il pleut, c’est le printemps! Beaucoup de choses se sont passées depuis mon dernier article, aussi bien du point de vue sportif, que politique, que de société et d’autres, non seulement en Espagne, où est né ce blog, mais en France également.

Les matchs Real Madrid- Barcelone sont enfin finis et ce n’est pas que je n’aime pas le foot, d’ailleurs j’ai mon petit penchant pour le ,…, bon, allez j’avoue pour le Real, mais je ne suis pas un anti Barcelone. En plus, à la maison, mon fils est du Barcelone et ma fille du Real Madrid et  je leur ai enseigné le respect envers l’adversaire et ils le font. Ma fille n’a pas eu une explosion de joie quand le club catalan a été éliminé d’Europe et mon fils, qui a la larme facile, a pleuré quand Ramos du Real, a loupé son penalty.

En Espagne nous avons la chance d’avoir les deux meilleurs joueurs du monde, Messi et Ronaldo, et au lieu d’aller se régaler en les voyant jouer, on les siffle, on les insulte. C’est insensé!  Allez voir un match de catégories inférieures, où les enfants ont 10, 11, 12 ans. Observez les entraineurs, les parents et vous comprendrez.

La crise,…, quand finira-t-elle? Un de ces jours. Mais quel jour? Il ne reste qu’à avoir de la patience, attendre et résister. Tout passera. Courage à tous et à toutes!

Sarkozy, Hollande? “La France est un pays qui a le coeur à droite et qui vote à gauche”. Cette phrase n’est pas à moi, mais je ne me souviens plus de qui elle est.

À bientôt et pour les étudiants et étudiantes “merde”

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME.

Mon intention est simplement de donner mon opinion personnelle sur cette date du 8 mars, sur la femme dans notre société  et j’espère que je ne frôlerai pas “l’incorrection politique”.

D’abord situer ma génération: je suis de ceux qu’on appelle actuellement “jeunes-adultes”, c’est à dire que  j’ai un peu  plus de cinquante ans. Bien qu’étant fils unique, je n’ai  été ni un enfant  gâté, ni protégé. Toute ma famille habitait loin de notre lieu de résidence et mon contact avec grands-parents et autres membres, ne se faisait qu’en été et pendant trois semaines.

Mes parents travaillaient tous les deux et  mon père, dès le début, n’a eu aucun problème à participer dans les tâches ménagères, toutes les tâches ménagères. Imaginez  qu’à cette époque-là  il y avait peu de lave-linge, d’ aspirateurs ou autres électroménagers. L’ aspirateur n’est pas entré dans la famille immédiatement. Je me souviens de ces samedis et ces dimanches où tous les trois nous faisions le ménage à fond, chacun avait son terrain.

L’université, l’indépendance, appartement partager avec d’autres garçons: évidemment, la catastrophe. Tous ont eu, à ce moment-là,  leur baptême de feu de nettoyage, cuisine… Moi j’étais le membre bisarre du groupe, le mauvais exemple: je savais tout faire à la maison.

Je me marie et d’une manière naturelle donc, la maison,  plus tard les enfants, ont  été, et sont, des activités très bien menées entre ma femme et moi. Mes enfants ont choisi librement leus jouets, leurs jeux ,leur sport,…

Travail,…, et bien écoutez (plutôt, lisez),…, j’ai toujours eu une chef; et alors? Actuellement, 16 collègues total, 3 garçons. Et, alors?

Tout ceci pour dire que je n’aime pas le 8 mars. Le jour de la femme???  Le jour de la femme, de l’homme  c’est tous les jours, au travail, à la maison, dans les loisirs. Réserver un jour pour revendiquer le travail qu’il reste à faire pour l’égalité totale de l’homme et de la femme me paraît une discrimination. Nous avons déjà un jour pour revendiquer le travail, le travail por tous et toutes: le 1 mai.

Des solutions? Mais ça ne devrait pas être si compliqué que ça?  Par exemple, les gouvernements devraient mettre en place un système pour contrôler, mais contrôler réellement, les salaires à égalité et en ce qui concerne la non-embauche cachée de femmes, jeunes, parce qu’elles peuvent tomber enceinte, et bien, il faut mettre en marche des aides aux entreprises et aux familles pour que  tout soit compatible.

J’espère que vous avez compris que je ne suis pas mysogine, mais le 8 mars, ça m’éneeeerrrrrve!!!!!!

À propos, pour commémorer “le jour de la femme”, le samedi 17 mars les équipes cadettes de rugby féminin de Navarra et Aragon nous ont fait passer une belle après-midi au stade Nelson Mandela de Tudela. Les filles de Navarra ont gagné!

Le Tournoi des VI Nations est de retour

Et oui, ceux qui avez le courage de lire ce blog, savez que ma passion c’est le rugby. Et bien, comme tous les ans, le rugby européen de haut niveau est de retour du 4 février au 14 mars. L’Angleterre, l’Ecosse, la France, l’Irlande,  l’Italie et le Pays de Galles vont se retrouver sur le terrain de jeu pendant 80 minutes.

Il n’y a pas de clairs favoris et cette année, attention à l’Italie qui peut surprendre. En tout cas, sa place dans ce tournoi est vraiment consolidée.

Je voudrais en profiter pour vous annoncer que le prochain mois de mars, dans le cadre des célébrations du “jour de la femme” (traduction littérale de “día de la mujer”), vont se céflébrer à Tudela deux évènements:

– le 3 mars un colloque sur la femme et le monde du rugby

– le 17 mars, au stade Nelson Mandela de Tudela, match amicale entre les sélections cadettes féminines de Navarra et Aragón. L’entrée est gartuite et vous pourrez observer que le rugby n’est pas essentiellement un sport d’hommes, d’ailleurs nos seniors espagnoles sont des meilleures d’Europe aussi bien en rugby à 15 qu’à 7.

Allez la France!… si vous me le permettez

Vives les soldes!

J’avoue que ce petit article était resté dans mon tiroir (comme brouillon, pour le Net), je l’avais initié à peine finie la période de Noël, mais je vais le publier car on est encore en pleines soldes.

Je commençais en écrivant … Ça y est, on a tout mangé et on a tout bu. Maintenant il va falloir éliminer ces quelques kilos de trop. Comment? En faisant une diète? Non! En faisant du sport? Non! Comment alors? Et bien en allant faire les soldes (en France le 11 janvier). Je ne sais pas si cette année l’affluence va être nombreuse car le porte-monnaie a des toiles d’araignées. Il paraît que ce concept de soldes va disparaître car, il est vrai que  depuis cette maudite crise, les vitrines des commerces annoncent des remises, rabais, promotions depuis déjà des mois et des mois.

Les articles sont-ils de la même qualité? Cela devrait être ainsi, mais qui sait? Moi, je profite de cette période pour renouveler mon fond d’armoire mais à condition d’un besoin réel. Je ne suis pas un consommateur maladif. Acheter pour acheter, un vice, une maladie, un plaisir, un loisir,…, tout le monde a sa place.

Si vous voulez nous raconter vos expériences, je les publierai avec plaisir.

LE CODE A CHANGÉ

Ce film a été projeté au cinéma Moncayo de Tudela, à l’occasion d’une activité organisée par l’École Officielle de Langues (EOI) à travers de son Département de Français, le 26 janvier 2012.

J’ai bien aimé, c’est une opinion personnelle, mais j’ai bien aimé. Les personnages ont une force incroyable, tous ont le premier rôle et ce qui est raconté c’est la vie telle qu’elle est.

Nous tous avons un petit drame dans le fond de nous-mêmes, mais si on nous demande poliment “ça va?”, on répond poliment, “ça va”. Mais est-ce que tout marche bien au boulot, à la maison? Notre santé et celle de nos proches va bien?

La vie est  belle, oui d’accord, mais elle est de temps en temps, permettez-moi l’expression grossière, un peu salope. Il faut faire avec!

Ce film m’a transmis au départ un idée de pessimisme, de dépression, mais j’en suis ressorti optimiste.  À la fin, malgré le petit et grand malheur de chaque personnage, tous refont leur vie. LA VIE, cette salo…, EST VRAIMENT BELLE!  Et il faut la croquer à pleines dents et ne rien gaspiller du morceau qu’on a dans la bouche. Bien le mâcher, le savourer et l’avaler doucement, très doucement. La preuve l’ambience de fond du film,  de la musique, de la musique partout. C’est la joie , l’envie de vivre.  Éclatez-vous,…, éclatons-nous!

Si vous ne l’avez pas vu, essayez de le localiser.